La Mini n'est pas son nom d'origine et a été construite sous deux marques différentes par la British Motor Corporation. Lors de son lancement en août 1959, la Mini a été commercialisée sous les noms d'Austin et de Morris, sous les noms d'Austin Seven et de Morris Mini-Minor. L'Austin Seven a été rebaptisée Austin Mini en janvier 1962 et Mini est devenue une marque à part entière en 1969. En 1980, elle est redevenue l'Austin Mini et en 1988 la Rover Mini.
 
Lister de manière exhaustive et exacte tous les modèles existants de Mini semble compliqué, car selon le pays fabricant, des variations ont été crée par pays : astuce, c’est de voir la page wikipedia par pays, avec le mode Traduction en Français
notion image

Les modèles historiques (Mk1 à Mk3)

1000

Avec le MKII (1967) le moteur "A" de 998 cm3. (alésage 64.58, le même que le 1.098 cc. du 1.100, avec 76.2 mm de course et 39 chevaux) est également adopté par la Mini : en réalité ce moteur était apparu sur les Elf et Hornet dès 63, et avait remplacé la 997 cm3. dans la Cooper (dans la version à deux carburateurs) l'année suivante. La MKIII anglaise est disponible depuis 69 avec ce moteur, qui accompagnera toutes les éditions à carrosserie "classique" à ce jour. La Mini Innocenti devient 1000 en 1972, année où la société italienne est absorbée par la BLMC (British Leyland Motor Company) : cette version du moteur délivre 55 chevaux, et est pratiquement similaire à celle de la Cooper anglaise, même si motorisée par un seul carburateur. . La calandre est en ABS noir, avec une frise centrale chromée et l'inscription "Mini 1000" : entre autres variantes de carrosserie, les feux de recul dans les feux arrière, le nouveau bouchon de réservoir, la commande interne d'ouverture du capot et les variations de l'ensemble intérieur -en haut. En 74, la 1000 anglaise passe au carburateur SU HS4, gagnant 2 chevaux (de 38 à 40). En 1976, elle revient sur le marché italien, aux côtés de l'Innocenti Mini Bertone : elle se distingue de la 850 par les enjoliveurs perforés et chromés. Au début des années 80 la Mini 1000 s'appellera HL, E et HLE. Le nom 1000 a également été adopté par l'Innocenti de 1980, pour une version plus précise de la Mini Bertone.

1000 Spécial

Une version anglaise spéciale construite en série limitée en 1975.

1001

La Mini 1000 Innocenti aux finitions plus soignées, présentée en mai 1972. Elle disposait de sièges avec une bande centrale en tissu, d'une lunette arrière chauffante, d'enjoliveurs de roues exclusifs (avec un design qui rappelait celui du bouchon de réservoir), d'armatures lumineuses chromées, d'un volant et pommeau de vitesse en bois, pédalier avec accélérateur unique. Comme dans la Cooper, l'alternateur a remplacé la dynamo. Transformé en 1001 Export en 1973.

1275 GT

A l'expiration de l'accord décennal avec John Cooper en 71, cette version sportive de la Clubman se retrouve malgré elle à reprendre l'héritage de la sportive Mini, sans susciter un enthousiasme démesuré chez les fans. Présentée en 1969, elle était équipée d'une version à carburateur unique du moteur de 1 275 cm3, d'une puissance de 59 chevaux et de freins à disque avant avec servofrein. Avant et pare-chocs Clubman, avec calandre noire et bandes décoratives à la base des côtés ; en 1974, il a adopté des roues de 12 pouces et un réservoir de 34,5 litres. Elle a disparu avec la berline Clubman en 1980 ; il existe également une version avec transmission automatique.

850

En 1967, avec la présentation de la deuxième série, la Mini (Austin ou Morris) devient Mini 850 et Mini 1000. Les Mini MKII se distinguent des séries précédentes par la nouvelle calandre trapézoïdale et les 11 bandes horizontales de l'Austin (la Morris une calandre différente), pour la lunette arrière plus large et pour les grands feux arrière rectangulaires. Le levier de vitesses "long" cède la place au levier vertical, style Cooper; la commande de lave-glace est maintenant actionnée par pédale. Dans la version Super-De Luxe, les pare-chocs n'ont pas de tubes de renfort sur les éléments latéraux et sont équipés de boulons. Le dossier des sièges reste fixe, même dans les voitures de sport Cooper ("C'est dangereux de conduire allongé...", argumente Issigonis). Au bout de quelques mois, le MKII adopte une boîte entièrement synchronisée et une nouvelle crémaillère de direction qui réduit le rayon de braquage d'environ un mètre (de 9,70 à 8,85 mètres). Les modifications apportées à la version anglaise avec transmission automatique ont été héritées à l'été 67 par la Mini Innocenti : carburateur SU HS4 (au lieu du HS2), nouveau distributeur d'allumage, filtre à air augmenté, nouveaux collecteurs d'admission et d'échappement, taux de compression de 8,3 à 9 : 1, couple maximal plus élevé, puissance augmentée de 37 à 41,5 chevaux, 125 km/h de vitesse. Exclusif à la Mini italienne, le frittage (processus de durcissement superficiel) des synchroniseurs de boîte de vitesses (en bronze dans la version anglaise). Une autre série de modifications (levier de vitesse court, calandre, système de freinage) sont "importées" début 68 ; les autres mises à jour sont "italiennes" (ventilateur de radiateur en plastique à 11 pales, joint d'huile d'embrayage supplémentaire, roulements de pignon intermédiaire moteur-boîte de vitesses, support de boîte de vitesses, relais de démarreur, processus de peinture, enjoliveurs de phares chromés). La Mini Innocenti devient MKII en octobre de la même année (moteur de 48 chevaux, 135 km/h, Hydrolastic, plus les changements esthétiques distinctifs de la deuxième série), coïncidant avec la présentation de la MKIII britannique, codée ADO 20 (abandon de la Hydrolastique, vitres descendantes, charnières de portes intérieures, plusieurs poches à la base des portes, bouches d'aération sur les côtés du tableau de bord, rétroviseur avec déclenchement anti-éblouissement, différentes poignées d'ouverture de porte intérieures, bord supérieur de l'anti-éblouissement tableau de bord, sièges redessinés, nouvelle manette des gaz). La troisième série des Mini Innocenti arrive en avril 1970, et adopte toujours l'Hydrolastic. Les déflecteurs, une exclusivité de la Mini Italiana, sont apparus au Salon de Turin de la même année. En 1970, la version anglaise 850 possède toujours le levier de vitesse "long" de la première version ; Mini quant à elle, devient une marque qui remplace celles d'Austin et de Morris. Le moteur 850 disparaîtra de la gamme italienne en 1972. En 1974, le carburateur SU HS4 est également adopté par la version anglaise (37 chevaux), accompagné d'un nouveau ventilateur de refroidissement et d'un échappement de style sportif. En 76, avec le remplacement définitif des Mini Innocenti "traditionnelles" par celles carrossées par Bertone, la 850 anglaise revient immédiatement sur la liste en Italie, avec la 1000 et la Clubman Estate. En 1980, avec l'arrivée de la Metro, le moteur 850 cède la place au 998cc "A Plus", également adopté par la Mini.

ADO 15

"Austin Drawing Office 15", le code de conception de la Mini. Les premiers prototypes en cours d'exécution s'appelaient "Orange Boxes", étaient équipés du moteur "A" de 948 cm3 et avaient une carrosserie très similaire à la version finale, à l'exception du radiateur de style Austin A35. Les quelque 50 000 kilomètres d'essais routiers autour de l'aéroport de Chalgrove, effectués entre 1957 et 1958, ont nécessité la rotation du moteur de 180 degrés (et une cylindrée réduite à 848 cc), l'adoption de châssis de support pour les grosses mécaniques et la déplacement de la batterie dans le coffre à bagages.

ADO 20

Le code de conception de la Mini troisième série, avec des fenêtres descendantes : voir 850

Automatique

La Mini Automatic est présentée au salon de l'automobile de Londres en 1964 : elle est équipée de la transmission à quatre rapports Automotive Product, avec roue libre sur la inférieure. La boîte de vitesses est commandée par un petit joystick qui coulisse à l'intérieur d'un secteur chromé à sept positions (en partant du haut, "Reverse", "Neutral", "1", "2", "3", "4", "Drive" ) : les quatre rapports peuvent également être sélectionnés manuellement. Elle fut importée en Italie pour compléter la gamme Innocenti à partir de 66, avant la présentation de la Mini Matic. Depuis 1967, il est également disponible avec un moteur de 998 cm3. En 1975, un prototype de Mini automatique est créé avec une transmission de type simplifiée et un moteur de 1,5 litre : un projet voué à ne pas avoir de suite. Certains éléments de carrosserie dérivent du prototype "9X", remplaçant idéal de la Mini à l'étude à la fin des années 1960. De 74 à aujourd'hui, cependant, une version automatique de la Mini a toujours été présente dans la gamme.

Clubman

La série Clubman est présentée à l'automne 1969 au salon de l'automobile de Londres : la gamme est divisée en berline Mini Clubman, Mini Clubman Estate et modèles 1275 GT. Les moteurs étaient les 998 cm3 pour la berline et la familiale et les 1 275 (avec un seul carburateur) pour la GT. Le Clubman représentait une tentative de renouveler l'esthétique classique de la Mini et de la rendre plus "importante", grâce au nez plus carré et proéminent : à l'époque, la considération qu'il n'était pas clair à quoi servaient ces douze centimètres supplémentaires était typique. , puisque la mécanique est toujours la même ! L'apparence banalisée et les moteurs pas très brillants, combinés au poids supplémentaire également dû à la configuration plus complète (sièges plus rembourrés, instruments, etc.) ont refroidi l'intérêt de cette mise à jour, en particulier sur le marché italien, déjà "servi " très bien par la Mini Innocenti. La seule version qui rencontra un certain succès fut la Estate qui vers la fin des années 70 resta l'un des rares exemples de voitures "à l'anglaise" disponibles chez nous, vendues d'ailleurs à un prix compétitif. Le Estate avait une suspension à cône en caoutchouc, tandis que les berlines adoptaient le système Hydrolastic, déjà abandonné par les Minis traditionnelles, mais seulement jusqu'en 1971. À partir de 1974, la Clubman utilisait le moteur de 1 098 cm3 et était également disponible avec une boîte de vitesses automatique. Dès le début de 1978, un break aux équipements enrichis est arrivé sur le marché (vitres bleues, bouchon de réservoir avec serrure, rétroviseur intérieur anti-éblouissant, pare-soleil avec miroir de courtoisie, enjoliveurs sport). Les berlines Clubman ont disparu avec la naissance de la Metro en 1980, tandis que la Estate est restée en production jusqu'en 1982.

Cooper

Cherchant une base pour développer une voiture de route rapide et abordable, le célèbre constructeur de monoplaces John Cooper était ravi des capacités de la Mini, mais s'est heurté à la réticence d'Alec Issigonis à transformer sa sous-compacte en voiture de sport. Il ne baisse pas les bras et entre en contact direct avec George Harriman, vice-président de BMC et successeur de Leonard Lord en 1961 à la tête du groupe, obtenant la possibilité de développer et de commercialiser un premier lot d'un millier de voitures. La première version de cette voiture de sport mythique est présentée en 1961 : le moteur "A" de 848 cm3 a été porté à 997 cm3, en augmentant la course et en diminuant l'alésage, et propulsé par deux carburateurs SU, il délivre 55 chevaux à 6000 tr/min. La culasse était similaire à celle des Austin-Healey Sprites, avec des sièges de soupapes et des conduits surdimensionnés, le taux de compression était de 9: 1 et la voiture était équipée de deux échappements surdimensionnés. Commercialisé à la fois sous les marques Austin (Seven Cooper) et Morris (Mini Cooper), il était toujours construit à Longbridge (dans l'usine d'Austin) ; la modeste caractérisation de la marque était similaire à celle de la Mini normale. La Cooper était basée sur la configuration Super (sièges plus rembourrés, tapis de sol, levier d'ouverture de porte de l'intérieur, au lieu de la "chaîne" caractéristique, tableau de bord ovale à trois instruments): elle avait des freins à disque avant Lockheed et un levier de vitesse court avec transmission tourelle. En janvier 1964, la cylindrée passe à 998 cm3, suite à l'unification des "mesures" avec les monoblocs de la Riley Elf et de la Wolseley Hornet, sans différences notables en termes de puissance. Par la suite, des pneus radiaux ont été montés de série ; en septembre de la même année, Cooper a également adopté le système Hydrolastic. Pendant ce temps (en 63) Cooper S. La Cooper est devenue MKII en 67, comme les autres Minis ; en 1968, la boîte de vitesses entièrement synchronisée est arrivée et l'année suivante, la Cooper a cessé sa production. L'évolution de la Mini Cooper Innocenti est légèrement différente : annoncée en mars 1966, elle adopte immédiatement le système de freinage, les jantes perforées et les joints de transmission de la Cooper S anglaise. De plus, les sièges avaient été redessinés et un volant sport à trois branches perforées avait été adopté : la Cooper italienne n'était disponible qu'avec une peinture bicolore. En 1968, la voie élargie, le différentiel et les arbres de transmission de la Cooper S anglaise ont été adoptés et une nouvelle instrumentation exclusive, avec cinq cadrans (trois petits, à partir du thermomètre à eau gauche, indicateur de niveau de carburant, jauge de pression d'huile, et deux grands, tachymètre et compteur de vitesse), jusqu'à la présentation de la deuxième série, vers la fin de la même année. La troisième série de la Cooper Innocenti a été présentée au Salon de l'automobile de Turin en 1970, avec des vitres descendantes mais sans le système Hydrolastic. En 72, c'est au tour de la Cooper 1300, avec un moteur de 1.275 71 chevaux, un moteur avec plus de points de contact avec celui de la 1275 GT anglaise, qui avec celui de la Cooper S. La Cooper 1300 a vu l'ajout d'un sixième élément (ampèremètre) à son instrumentation caractéristique, l'adoption de jantes de style Rostyle et d'autres améliorations dans la configuration. En 1973, la version Export adopte le double circuit de freinage. La série italienne Cooper s'est terminée en 1976. Revenons en Angleterre : le contrat avec Cooper, qui a expiré en 1971 et n'a pas été renouvelé, a mis fin à la série à succès des Mini sportives. En 1989, John Cooper réalise une version pour célébrer les trente ans de la Mini ( voir Cooper 30), histoire de "recréer l'ambiance". En 1990, la Cooper renaît véritablement, à l'initiative de John Cooper et de Rover : le classique 1 275 cm3, désormais avec pot catalytique, le système d'injection et une série de solutions esthétiques (jantes style Minilite, calandre, chromes, peinture bicolore , marques "Cooper") particulièrement appréciées du public. La même année, Cooper propose également un kit de tuning pour ce Mini Rover, comprenant une culasse modifiée, un échappement agrandi, et des décalcomanies à apposer sur les flancs : une Cooper S des années 1990.

Cooper 30

Une série créée en 1989 par John Cooper pour célébrer le trentième anniversaire de la Mini, et produite à 500 exemplaires.

Cooper S

Pour parfaire le concept déjà illustré avec la Mini Cooper, la version S (ou plutôt les versions) La première date de mars 1963 : il s'agit de la 1071 S, avec un moteur de 70 chevaux, produite jusqu'en août 64. Entre-temps (mars 1964) deux autres versions sont présentées, la 970 S à moteur à course courte (pour obtenir l'homologation dans la catégorie jusqu'à un litre) et la 1275 S à course longue. La production de la 1071 S a été arrêtée presque immédiatement (août 1964). Hydrolastic a été adopté en septembre et le 970 S a disparu en janvier. Début 1966, adoption de deux réservoirs de carburant sur la 1275 S ; deuxième série en octobre 67 et nouvelle boîte de vitesses au milieu de 68. En mars 70, la 1275 S est la seule Cooper anglaise encore en production et bénéficie de la carrosserie mise à jour de la série "ADO 20", à vitres descendantes. En attendant, la Mini gagne sa propre marque, et est donc simplement appelée Mini Cooper S. La production se termine en juillet 1971.

Countryman

L'Austin Seven Countryman est la voiture familiale à joints en bois présentée en mars 1960 ; le nom Countryman avait déjà été adopté pour des versions apparentées d'autres modèles Austin, tels que l'A35 et l'A40. Par rapport à la berline, elle avait un empattement allongé de onze centimètres ; n'a jamais adopté les suspensions Hydrolastic, et sur la même base ont été fabriqués le Van et le Pick-up, disponibles à partir de 1967 également avec le moteur de 998 cm3. Quelques mois après la présentation, une version simplifiée est sortie, avec un côté tout métal ; parmi les options disponibles, la transmission automatique Automotive Products. Également produit sous le nom de Morris Mini Traveler et d'Innocenti Mini T, il a subi toutes les mises à niveau de la berline; une dérivation plus récente est représentée par le Clubman Estate de 1969. Toutes les Mini familiales et dérivées ont cessé de produire en 1982.

Export italien

Ayant acquis Innocenti en 1972, British Leyland envisageait le détournement progressif vers Lambrate de la production des Mini destinées aux pays MEC (hors Grande-Bretagne) ; d'où le renforcement des chaînes de montage et la présentation de la série Export en 1973. Pour atteindre les objectifs fixés (90 000 voitures fin 73, 110 000 en 75), la chaîne de montage des scooters Lambretta est transférée en Inde. La gamme Export comprend les Mini 1000, 1001 et Cooper : un nouveau logo est créé pour l'occasion, monté entre la porte et la roue avant, à la base du flanc. Une série d'améliorations de carrosserie a mis à jour ces Minis (témoin de frein à main, essuie-glace à deux vitesses, antivol de direction, poignées de maintien, klaxons électriques, nouveau bouton de tableau de bord, lave-glace électrique pour la 1001 plus précise) : le changement le plus important concernait cependant la commande de la boîte de vitesses levier, redessiné par Innocenti et simplifié par rapport à l'anglais (bielles de commande apparentes, nouvelle biellette supérieure). La Cooper adopte le double circuit de freinage. La série Mini de la série Export apparaît pour la dernière fois dans la liste Leyland-Innocenti en juin 1976, aux côtés des 90 et 120 dessinées par Bertone et les Regents (les modèles Allegro montés en Italie, ceux à volant carré !). A la fin de l'ère des Mini Innocenti traditionnelles, les Mini anglaises (850, 1000 et Clubman Estate), assemblées dans les usines de Seneffe, en Belgique, revinrent à la vente en Italie.

Mini Minor

Le nom de la version Morris de la première série Mini : l'évolution va de pair avec celle de l'Austin Seven. Une dénomination dont le "Minor" a disparu en 1967, mais qui a persisté jusqu'en '72 dans la gamme Innocenti. La Mini Minor Innocenti est née en 65, avec une configuration similaire à celle de la Super-De Luxe anglaise et le moteur 850 de 37 chevaux : elle est vendue 860 000 lires. Voir aussi 850 .

Mini Matic

La version automatique de la Mini Innocenti, disponible à partir d'avril 1970 déjà avec un moteur de 998 cm3 (les autres Mini Innocenti deviendront 1000 à partir de '72) avec 46 chevaux. Il est resté sur la liste jusqu'aux premiers mois de '75.

Seven

La version Austin de la première Mini, présentée en 1959 avec la Morris Mini Minor, dont elle se distingue par sa calandre "wavy" (celle de la Morris est "mesh"), pour les enjoliveurs et pour les différentes gammes de couleurs . Vitres avant coulissantes, charnières de portes extérieures, levier de vitesses "long", bouton de démarrage au sol, outil unique, au centre de la pratique étagère de rangement qui remplace le tableau de bord. Moteur "A" de 848 cm3, boîte de vitesses avec "première" non synchronisée, suspensions avec éléments en caoutchouc, roues de 10 pouces. Initialement disponible dans les versions Standard et De Luxe, auxquelles s'est ajoutée la Super en 1961, qui utilisait pour la première fois le tableau de bord ovale à trois instruments (compteur de vitesse, manomètre d'huile, thermomètre à eau) au lieu du simple instrument rond. Simplement Austin Mini depuis 1962 : avec la Standard, un niveau de finition supérieur unifié Super-De Luxe. Système de suspension hydrolastique de '64, dérivé de celui de la série 1100, avec l'ajout d'amortisseurs télescopiques à l'arrière ; à la même occasion, adoption d'un nouveau vilebrequin, pare-chocs unifiés pour les deux configurations (avec tubes de renfort supérieurs), démarrage à clé, nouveau système de chauffage, finition améliorée. La première série a totalisé 1 575 756 unités (entre Austin et Morris) de '59 à '67, année de présentation de la MKII ( voir 850 ).

T.

La Mini T (Traveler) est le break de la Mini Minor Innocenti, similaire aux anglaises Seven Countryman et Mini Traveller : présentée en novembre 1966, elle est sortie en version simplifiée (sans garnitures en bois) au salon de Turin en 1968 La Mini T avec moteur de 998 cm3 (1972) n'était disponible qu'en métal et se distingue par le profil chromé qui longe le côté. Il n'y a jamais eu d'Innocenti Mini T automatique. Dernière apparition dans la liste en février '74.

Traveller

Le Morris Mini Traveller est similaire et contemporain à l'Austin Seven Countryman : dans ce cas également, le nom Traveler dérive de celui d'un modèle précédent (le Minor Traveller). Voir Countryman .

Twini Mini

1963 est l'année des expérimentations sur les Mini bimoteurs à quatre roues motrices : une Twini Mini participe également à la Targa Florio. La première, par ordre chronologique, des trois principales interprétations est celle faite par Paul Emery, équipé de deux moteurs 850 (un avant et un arrière) à deux carburateurs. Le second était celui de John Cooper, avec un moteur de 1 098 cm3 avec 84 chevaux à l'avant et un 1 220 cm3. de 98 chevaux à l'arrière, capable d'atteindre 220 km/h. Le troisième est le BMC officiel, avec deux moteurs de 997 cm3 : l'intention était de construire 100 unités pour obtenir l'homologation dans la catégorie GT dans les deux litres. De la même année, le véhicule tout-terrain Twinny Moke.
 
 
🚧
Cet article est encore en cours d’écriture, s’il vous semble inexacte ou incomplet, contactez-nous ou devenez contributeur pour Mini Classique
Identification des modèles
Les motorisations
Les modèles dérivés
 

Mini Classique ©️ 2022